Michael Mantha Le député d'Algoma–Manitoulin

Gouvernenment de l'Ontario

Chronique de Queen's Park - 26 avril 2021

Publié le 26 Apr, 2021

J'ai récemment apprécié l'occasion de reconnecter avec un vieil ami, qui est enseignant en éducation spécialisée à la retraite. Nous partagions des expériences sur des occasions où nous sommes tombés sur des décisions douteuses que d’autres prenaient.

Mon ami m'a raconté une histoire survenue au début de sa carrière dans laquelle il a rencontré le parent d'un de ses élèves, qui n'était pas satisfait de certains aspects du programme que sa fille recevait. La mère lui a présenté sa sœur, qu'elle avait invitée pour offrir un aperçu du programme de sa nièce en raison de son expérience en psychologie.

Mon ami a dit qu’il avait écouté la tante tout expliquer sur les défis et les capacités de sa nièce ainsi que de multiples suggestions que l’enseignant devrait inclure dans le programme de l’enfant. Suite à une discussion plus approfondie, il est devenu évident pour mon ami éducateur que la « formation » en psychologie de la tante consistait en un cours d'introduction de première année en psychologie. En fin de compte, la mère a insisté pour mettre en œuvre les recommandations de sa sœur. Inutile de dire que mon ami était sidéré. Néanmoins, mon ami a été obligé de se conformer, mais les résultats étaient… enfin… ce à quoi on aurait pu s'attendre dans les circonstances.

Cela me rappelle le proverbe bien connu, d'abord écrit par Alexandre Pope dans son poème, Un essai sur la critique, qu'il a composé en 1709. Pope a écrit: « Un peu d'apprentissage est une chose dangereuse; buvez profondément ou ne goûtez pas à la source de Pierian: des courants d'air peu profonds enivrent le cerveau, et boire en grande partie nous dégrise à nouveau ». En effet, le proverbe signifie qu'un peu de connaissance est une chose dangereuse.

Récemment, je suis intervenu pendant la période des questions pour interroger le premier ministre Ford sur la question du sous-financement et de la chute financière ultime de l'Université Laurentienne. Tout en sachant que l'université était dans une situation financière difficile, Ford et le ministre Ross Romano n'ont rien fait pour aider ou protéger l'école. Le gouvernement Ford a choisi de ne pas intervenir dans la demande de protection de la Laurentienne contre les créanciers en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC). La LACC a toujours été conçue pour s'appliquer à des situations commerciales et non aux institutions publiques.

Doug Ford est fier d'être un homme d'affaires avisé. Romano a étudié le droit et a été un ancien président de l’association commerciale du centre-ville du Sault. Ils ont choisi de voir l'ensemble de la question de leur propre point de vue commercial - aussi large ou limité qu'ils pourraient l'être.

Ford et Romano se sont principalement concentrés sur la manière dont la restructuration affecterait l'école (l'entreprise?) Elle-même. Mais la Laurentienne n'est pas une entreprise. C’est une institution publique qui joue un rôle essentiel pour les Ontariens du Nord. Elle a des branches très longues et larges qui s'étendent non seulement dans le Nord, mais remplissent des créneaux uniques qui ne sont disponibles nulle part ailleurs dans la province ou même au pays.

« Un peu de connaissances peut être une chose dangereuse. »

La restructuration de l’université a entraîné la mise à pied de plus de 100 membres du corps professoral et l'annulation de 70 programmes. En fait, des départements entiers ont été éliminés, y compris les programmes spécialisés autochtones et francophones que la Laurentienne a le mandat de soutenir. Ils suppriment également des programmes comme l'ingénierie, les mathématiques, l'économie, l'entrepreneuriat, les soins infirmiers et les sages-femmes.

À quel genre d’impact peut-on s’attendre si l’un des plus grands employeurs de la région du Grand Sudbury ferme ses portes? Ford et Romano n’ont-ils pas réalisé que la Laurentienne est le troisième employeur en importance de Sudbury? Ne pensez-vous pas que ce seul fait pourrait attirer leur intérêt? L'impact dévastateur se fait sentir bien au-delà des étudiants et du personnel, loin dans le secteur des affaires et dans l'ensemble de la communauté économique du Grand Sudbury.

De plus, on pourrait penser que dès que le gouvernement a eu connaissance des scénarios probables qui pourraient se produire, qu'il aurait commencé à consulter immédiatement les entités touchées? Entités qui comprennent l’école de médecine du nord de l’Ontario (EMNO) et l'Université Lakehead. Lors d'une récente période de questions, j'ai rappelé au premier ministre Ford combien de temps et d'acharnement les habitants du Nord ont travaillé pour établir l'EMNO et son partenariat avec la Laurentienne et Lakehead. Et c'est grâce à au partenariat entre l’EMNO, Lakehead et la Laurentiennne que nous avons maintenant un réseau de santé de 1 700 professionnels et 600 médecins formés pour répondre aux besoins complexes de soins de santé du Nord de l'Ontario.

Hélas, le gouvernement n'a pas consulté les dirigeants de l'EMNO ou de Lakehead pour voir quel effet leurs décisions auraient sur eux. La présidente de Lakehead a confirmé qu'elle n'avait pas été consultée et que le déménagement n'était pas dans le meilleur intérêt de l'EMNO, des universités ou des communautés et que cela coûterait beaucoup trop cher aux Ontariennes et Ontariens.

Les habitants du Nord méritent de savoir pourquoi et comment Doug Ford et Ross Romano ont décidé de séparer l'EMNO de ses liens avec la Laurentienne et Lakehead. En aucun cas, le gouvernement Ford ne devrait jouer à des jeux avec l'EMNO. L'enjeu est trop important pour laisser Doug Ford conclure ses fameuses ententes en coulisses sur l'avenir des soins de santé dans le Nord.

Comme l'a écrit Pope, un peu de connaissance est une chose dangereuse. Le gouvernement Ford avait à la fois l'obligation et la capacité de formuler une compréhension globale et une approche responsable des problèmes financiers à la Laurentienne - bien avant que cela ne devienne une crise financière pour tout le Nord de l'Ontario.

Les Ontariens du Nord méritent tellement mieux.

Comme toujours, n'hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à [email protected] ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP / député

Algoma-Manitoulin