Michael Mantha Le député d'Algoma–Manitoulin

Gouvernenment de l'Ontario

Chronique de Queen's Park - 3 mai 2021

Publié le 3 May, 2021

L'autre jour, j'ai eu l'occasion de parler longuement avec une électrice âgée de certaines préoccupations pour lesquelles elle avait besoin d'aide. À un moment donné au cours de notre conversation, elle a mentionné qu'au cours de sa vie, elle a eu non seulement plusieurs emplois, mais aussi plusieurs carrières. Une femme très talentueuse et intéressante.

Comme beaucoup de gens, j’ai occupé un bon nombre d’emplois aux descriptions différentes au fil des ans. Des emplois physiques ou parfois derrière un bureau, jusqu’à ma présence à l’assemblée législative de l’Ontario pour faire entendre la voix des Ontariens du Nord à Queen’s Park. Je peux honnêtement dire que je n'ai pas toujours aimé le travail que j'ai fait, mais je peux dire que j'ai appris quelque chose de chaque travail. Certains plus que d'autres.

Une chose que j'ai observée qui me dérangeait à l'époque, et aujourd’hui encore, ce sont les collègues qui font preuve de tactiques répréhensibles pour éviter de faire certains travaux qu'ils trouvent déplaisants, même si cela signifie empiler des difficultés et du travail supplémentaire sur les épaules de leurs collègues. Je me souviens en tant que jeune homme d'un collègue en particulier qui, je sais, a CHOISI de ne pas comprendre comment faire quelque chose, même après avoir été montré comment faire la tâche maintes et maintes fois pendant des semaines. En conséquence, le superviseur a abandonné et a confié la tâche particulière à quelqu'un d'autre, doublant ainsi son travail difficile et ardu. Ce qui m'a vraiment dérangé, c'est que ce type qui se dérobait à ses devoirs ne pouvait pas s'en soucier moins. Ce n’était tout simplement pas juste et cette expérience m’a toujours marqué et me dérange encore, même aujourd’hui.

La chose intéressante à ce sujet est que de tels comportements ne se limitent pas à des emplois à forte intensité de main-d'œuvre comme je faisais à l'époque. Un tel comportement insensible est malheureusement évident dans pratiquement n'importe quel environnement de travail - y compris la politique. Exemple concret; les jours de maladie payés pour les travailleurs de l’Ontario.

Parmi ses premières priorités lorsque Doug Ford est arrivé au pouvoir, son gouvernement a éliminé les deux maigres jours de congé de maladie payés que les libéraux avaient légiférés peu de temps avant les élections de 2018. En vérité, le premier ministre Ford s'est toujours opposé à tout programme qui aide les travailleurs à rester à la maison lorsqu'ils sont malades. Il a même fait tout son possible pour dénoncer le programme fédéral tout en refusant d'introduire des congés de maladie payés pour la province et a passé le printemps à s'attaquer à toute notion de jours de maladie payés.

  • 5 juin 2020: « Je ne l'appuie pas. Nous avons une législation qui protège les emplois que les gens, s'ils, vous savez, encore une fois, s'ils ne se sentent pas en sécurité, ils n'ont pas à travailler.
  • 16 février: « gaspillage de l’argent des contribuables »

Il est évident que Doug Ford ne se soucie pas de la population de l'Ontario. Il a été informé par d'innombrables fonctionnaires, des experts en soins de santé publique, l'Association médicale de l'Ontario, l'Association des hôpitaux de l'Ontario, de nombreux dirigeants municipaux, dont la Fédération du travail de l'Ontario, la table consultative scientifique, même le Dr Williams, le médecin-chef de la province a dit qu’il faut immédiatement légiférer sur les congés de maladie payés pour les travailleurs de l'Ontario.

Les travailleurs essentiels sont représentés de manière disproportionnée par les groupes marginalisés, y compris les Noirs, les Autochtones et les personnes racialisées, en grande partie issus de familles à faible revenu. C'est un fait que les travailleurs essentiels ne peuvent pas se permettre de rester à la maison si cela signifie être incapable de payer un loyer ou de mettre de la nourriture sur la table. Ils vont donc travailler malades ou travailler avec d'autres personnes malades, ce qui entraîne une infection généralisée. Alors, à quoi sert un confinement à l’échelle de la province lorsque des travailleurs essentiels continuent de s’infecter parce qu’ils n’ont pas les moyens de rester à la maison? Les données scientifiques montrent que le congé de maladie payé est une mesure de santé publique qui sauvera des vies et constitue un moyen efficace de maîtriser la pandémie.

Les Ontariennes et Ontariens ont regardé Doug Ford offrir ce qui, à première vue, sonnait et ressemblait à des excuses pour avoir laissé tomber les gens. Mais en fin de compte, personne ne sait même maintenant exactement pourquoi il s'est excusé. De plus, il est important de noter que les vraies excuses comprennent une déclaration de ce que l'on a mal fait, une promesse de faire mieux et, surtout, si elles sont sincères, des actions qui démontrent un changement positif.

Qu'est-ce que les Ontariennes et Ontariens ont finalement obtenu de Ford? Ils ont reçu un « je suis désolé » et une promesse de faire mieux. Il a promis que son gouvernement légiférerait pour créer le meilleur régime d'indemnisation de maladie de toute l'Amérique du Nord. Quant au suivi des actions qui démontrent un changement de direction positif, qu'a fait Ford pour aider les Ontariennes et Ontariens qui travaillent? Il a tenté de négocier une entente avec le gouvernement fédéral pour contribuer au même programme fédéral d'indemnisation de maladie qui n'offre en aucun cas une aide significative aux Ontariennes et Ontariens.

Puis, il y a quelques jours, le gouvernement Ford a adopté un projet de loi qui n'offre aux gens que trois jours de maladie payés pathétiquement insuffisants. Ce n'est pas assez bon - surtout pas pendant une pandémie mondiale qui rend les gens malades pendant au moins 14 jours.

Doug Ford ne fait que jouer à des jeux politiques en sachant que les Ontariennes et Ontariens paient un prix extrêmement élevé. De toute évidence, il ne se soucie pas des Ontariennes et des Ontariens ordinaires. Il ne se soucie que de ses propres intérêts et de ceux de ses riches partisans bien connectés. C'est ce type qui choisit de ne pas comprendre pour ne pas avoir à faire le travail.

Le premier ministre Ford accuse les jeunes de faire la fête; il blâme les gens qui traversent les frontières provinciales; il blâme le gouvernement fédéral de ne pas avoir distribué le vaccin dans les bras du public. Il blâme tout le monde sauf la bonne personne.

Personne, jamais, ne devrait avoir à travailler malade parce qu’il n’a pas les moyens de rester chez lui. Personne ne devrait attraper le virus au travail parce que son collègue ne peut pas payer son loyer. Personne ne devrait avoir faim en raison d'une exposition à la maladie. Les néo-démocrates continueront de se battre pour obtenir à tous les travailleurs 14 jours de maladie payés pendant une pandémie, ainsi que des jours de maladie payés permanents.

Comme toujours, n'hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à [email protected] ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP / député

Algoma-Manitoulin