Michael Mantha Le député d'Algoma–Manitoulin

Gouvernenment de l'Ontario

Chronique de Queen's Park le - 8 avril 2022 - Nos enfants se soucis des membres âgés de leur famille

Publié le 8 Apr, 2022

Malheureusement, pour certaines personnes âgées, il semble que le bonheur et la sécurité passent à côté d'eux.

Ceux qui suivent régulièrement cette chronique se souviendront que je déplorais le fait de manquer ce qui, jusqu'à il y a deux ans, était un nombre relativement élevé d'invitations à visiter des écoles et des salles de classe.  J'aime être à l'école. On m'a dit que c'est peut-être parce qu'en leur présence, je peux jouer l'âge que je ressens mentalement, plutôt que l'âge que mon corps physique me dit que j'ai vraiment.

À mon avis, une visite en classe réussie est une visite où j'espère inspirer des questions et des problèmes plus approfondis à l'enseignant pour discuter avec la classe dans les jours à venir et où j'en apprends davantage sur la façon dont nos enfants et nos jeunes voient le monde.

La chronique de la semaine dernière a encouragé les lecteurs à tendre la main à leurs enfants ou à leurs jeunes pour découvrir ce qu'ils pensent. Bien sûr, l'une des principales préoccupations des jeunes est de protéger l'environnement et de trouver des moyens d'inverser les tendances du changement climatique. Ne laissez personne essayer de vous convaincre que les enfants et les jeunes ne comprennent pas ce qu'est le changement climatique, quels en sont les effets et ce que nous devons faire pour commencer à inverser les tendances. Ils savent que ce n'est pas la norme pour des communautés canadiennes entières d'être réduites en cendres, comme cela s'est produit à Fort Mcmurray en Alberta et à Lytton en Colombie-Britannique. Les enfants d'aujourd'hui en savent beaucoup plus sur le monde que nous à leur âge.

Cette semaine, je veux partager quelques réflexions sur une deuxième préoccupation que nos enfants ont au premier plan de leur esprit ; le bonheur et le bien-être des membres de la famille. Et il me semble que ce qui préoccupe particulièrement nos enfants et nos jeunes, ce sont les membres âgés de leur famille, comme leur grand-mère et grand-père, tantes et oncles.

Les enfants entendent les chuchotements de maman et papa parler de ce qu'il faut faire à propos de grand-mère ou grand-père quand il semble qu'ils ne peuvent plus se débrouiller seuls ou qu'ils sont malades et ont besoin de soins supplémentaires.  Ils remarquent à quel point cela stresse leurs grands-parents et que les retombées se répercutent parfois sur toute la famille.

Ce n'est en aucun cas un cliché de dire que les personnes âgées de l'Ontario ont contribué à faire de cette province ce qu'elle est aujourd'hui. Ils l'ont vraiment fait. Ils ont travaillé dur pour mettre de la nourriture sur la table et payer le loyer ou l'hypothèque. Ils ont donné de leur temps et contribué aux causes, aux installations et aux programmes communautaires dont nous bénéficions aujourd'hui. Et ils ont fièrement élevé leur famille et fourni une solide éducation et d'autres besoins pour garantir aux générations futures des opportunités identiques ou meilleures que celles qu'ils avaient dans leur jeunesse. Ce que nous avons aujourd'hui est vraiment venu de la sueur du front de nos aînés. Alors maintenant, ils devraient pouvoir profiter de ce qu'ils ont aidé à construire.

Malheureusement, le bonheur et la sécurité de certaines personnes âgées les ont apparemment dépassés.

La plupart des gens préfèrent vivre dans le confort de leur propre maison où ils sont proches de leur famille, de leurs amis et de leur environnement familier aussi longtemps que possible. Mais à un moment donné, cette préférence doit prendre fin s'ils ne peuvent pas être aussi indépendants qu'ils l'étaient autrefois. Ces personnes doivent déménager dans un établissement de soins de longue durée.

Cependant, le problème est que notre système actuel de soins à domicile n'est pas fiable. La privatisation et le sous-financement du gouvernement ont laissé l'Ontario avec un système  où les services de soins à domicile sont fournis par des entreprises en sous-effectif chronique qui se concentrent principalement sur les profits et non sur les soins de qualité. De plus, il semble que la prestation des services soit inégalement répartie en Ontario, les régions du Nord et rurales recevant souvent les soins les moins fiables. En 2015, le vérificateur général de l'Ontario a souligné cette incohérence dans les services à travers l'Ontario. Et pire encore, peu de choses ont changé depuis.

L'an dernier, près de 18 000 personnes vivant dans des foyers de soins de longue durée auraient pu continuer à vivre chez elles et dans leur communauté si les soutiens appropriés avaient été disponibles et financés de manière appropriée. C'est vraiment une triste réalité.

En plus de nuire aux personnes âgées, le modèle actuel de l'Ontario a un prix élevé pour les Ontariens. Des soins à domicile moins disponibles signifient que plus de personnes âgées restent inutilement dans des lits d'hôpitaux. Chaque jour, plus de 5 000 personnes en Ontario occupent des lits d'hôpitaux et paient les tarifs hospitaliers même si elles n'ont pas besoin de ce niveau de soins. Les données montrent que cette attente inutile coûte des milliards de dollars aux contribuables ontariens!

Les gouvernements conservateurs et libéraux ont mis en place un système dans lequel de grandes sociétés privées placent des personnes âgées dans des établissements semblables à des institutions. Ils réduisent  le personnel  de soins afin d'empocher de plus gros profits. Et ce sont nos propres élus qui les ont aidés à le faire !. Les conservateurs et les libéraux avant eux ont réduit les inspections. Ils ont coupé le financement. Ils ont gelé les budgets. Et ils ont bloqué les enquêtes publiques. Alors, qui est-ce exactement que les gouvernements ont recherché jusqu'à présent ?

Avant la pandémie, nous avions tous entendu des histoires déchirantes d'aînés déshydratés, blessés sans explication, laissés pour développer des escarres, et n'ayant pas eu le temps ou l'aide pour manger, s'habiller, se laver ou même aller aux toilettes. Une porte tournante de travailleurs à temps partiel sous-payés, comme les préposés aux services de soutien à la personne. Tandis que les soins  uniques sont souvent oublié par rapport à la culture, les aliments et la langue parlé des gens.

Lorsque la pandémie de  la COVID-19 est entrée dans ces maisons, Doug Ford a tenté d'économiser de l'argent en faisant le strict minimum. Tragiquement, plus de 1 870 personnes ont perdu la vie lors de la première vague de la COVID-19. Les parents et les grands-parents des gens étaient confus et effrayés de tomber malades et de mourir seuls, parfois dans des conditions horribles.

Nous ne pouvons tout simplement pas laisser les choses telles qu'elles sont actuellement. Nous avons besoin d'un plan pour mieux vieillir. Et la bonne nouvelle, c'est que je crois que le NPD a un tel plan intitulé Les aînés  de la population ontarienne mérite ce qu'il y a de mieux, qui se trouve sur le site Web de notre parti ondp.ca. Nous savons pourquoi et comment le système est en panne et avons un plan pour réparer les soins aux personnes âgées. Nous nous sommes engagés à;

  • Réduire les listes d'attente
  • Aider les personnes âgées à vivre plus longtemps dans leur propre maison
  • Construire de petites maisons familiales modernes, directement dans les quartiers où vivent maintenant les personnes âgées
  • Offrir du personnel soignants à temps plein, bien rémunérés et bien formés
  • Rendre tous les soins de longue durée publics et sans but lucrative

Demandez à votre enfant ou à votre adolescent si grand-mère et grand-père méritent ce qu'il y a de mieux. Demandez-leur s'ils ont payé leur cotisation. Il y a toujours de l'espoir pour un avenir meilleur; mieux pour nos aînés; mieux pour nous quand nous arriverons à ce point de la vie ; et mieux pour nos enfants afin qu'ils n'aient pas à faire face aux mêmes peurs, culpabilités et angoisses lorsque ce sera à notre tour de profiter des bienfaits de notre travail lorsque nous deviendrons nos parents. Après tout, ne mériterons-nous pas aussi le meilleur ?

Comme toujours, n'hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à [email protected]  ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP/député

Algoma-Manitoulin