Michael Mantha Le député d'Algoma–Manitoulin

Gouvernenment de l'Ontario

Chronique de Queen's Park - novembre 5, 2021 - Vraies couleurs

Publié le 5 Nov, 2021

« Quand quelqu'un vous montre ses vraies couleurs, faites confiance à votre instinct et ne devenez pas soudainement daltonien. »

À l'époque où je n'étais qu'un jeune homme, c'est-à-dire il y a plus longtemps que je ne voudrais l'admettre, je me souviens d'avoir appris l'une de ces « leçons de vie que nous expérimentons tous ». Ce fut une leçon très courte, mais que je n'oublierai jamais.

Des années avant d'envisager une carrière en politique, j’ai visité une exposition locale, je me promenais et discutais avec les nombreux propriétaires d'entreprise qui étaient heureux de présenter leurs produits, m'invitant à les contacter si jamais j'avais besoin de leurs services. Je me souviens très bien avoir été approché par un vendeur que je connaissais bien. Il était très sympathique, posant des questions sur ma famille et mes amis. Par nature, j'aime parler aux gens. Après plusieurs minutes de rattrapage, il a rapidement décrit son entreprise et ce qu'il offrait. J'ai écouté et j'ai aimé l’entendre parler. Il m'a posé des questions sur ma situation pour déterminer si j’étais un client potentiel.

Je n'oublierai jamais à quel point son expression et son langage corporel ont totalement changé lorsqu'il a déterminé que je n'étais vraiment pas un client potentiel. Aussi rapidement que d'éteindre une lampe de poche, il a simplement dit que c'était agréable de me reparler et s'est éloigné froidement. Étant un jeune adulte, je me souviens de m'être senti un peu rejeté. Il ne s'intéressait à moi qu'en tant que client. Son avance était artificielle et ingénieuse. Il était simplement intéressé à moi pour gagner de l'argent.

Je dois admettre que je vois trop souvent des comportements similaires en politique. Pour moi, heureusement, c'est l'une de ces leçons qui reste juste sous la surface chaque fois que je parle avec des électeurs. En tant que député, il est de mon devoir de faire preuve de respect et d'intérêt pour les préoccupations de tous les électeurs, quelles que soient leurs opinions politiques et leurs préférences de vote. Les députés ont la responsabilité d'agir dans le meilleur intérêt de tous les Ontariens, pas seulement de ceux qui ont voté ou pourraient voter pour eux.

Je mentionne cela parce qu'avec une élection provinciale à l'horizon, je remarque une soudaine vague du comportement décrit. Cela a vraiment frappé quand le gouvernement conservateur est soudainement amis avec le secteur de la main-d’œuvre.

Prenez quelques instants pour repenser au cours des 3,5 dernières années à ce que Doug Ford et son gouvernement ont dit et fait lorsqu'ils ont traité des questions touchant le travail.

L'une des premières mesures prises par Doug Ford a été d'éliminer l'augmentation du salaire minimum pour les travailleurs. Et en même temps, il a supprimé les deux jours de maladie payés garantis pour les bas salaires qui avaient été légiférés moins d'un an auparavant. De plus, lorsque la pandémie a frappé et que les gens ont été encouragés à rester à la maison si eux-mêmes ou leurs enfants devaient se mettre en quarantaine pour voir s'ils avaient COVID-19, Doug Ford a déclaré que les jours de maladie n'étaient pas nécessaires. Il ne se souciait pas de protéger les gens contre le virus; il se souciait d'aider les employeurs à économiser de l'argent. Malheureusement, cela signifiait que de nombreux travailleurs infectés qui ne pouvaient pas se permettre de perdre leur salaire ont choisi d'aller travailler et de propager le virus.

L'Ontario fait actuellement face à une crise économique. Tant d'entreprises sont confrontées à la faillite. Lorsque Doug Ford a annulé le salaire minimum prévu de 15 $ il y a trois ans, il a privé les travailleurs de l'Ontario de 5 300 $ sur lesquels ils comptaient pour s'occuper de leur famille. Ce 5 300 $ auraient pu être injectés dans notre économie. Au lieu de cela, les Ontariens ont vu avec horreur le coût de tout monter en flèche. Il est presque impossible pour certaines personnes de payer pour le logement, l'assurance automobile, la nourriture et l'essence.

Aujourd'hui, un salaire minimum de 15 $ de l'heure est loin d'être suffisant. C'était à peine suffisant il y a trois ans. Maintenant, après cette augmentation différée, les travailleurs ont besoin d'un strict minimum de 17 $ de l'heure pour récupérer la perte de 5 300 $ de revenus. Les néo-démocrates n'ont jamais cru aux politiques de bas salaires de Doug Ford pour les travailleurs de l'Ontario - nous croyons que tous les travailleurs devraient avoir la chance d’avoir une bonne vie.

Maintenant, c'est peut-être juste moi, mais ne semble-t-il pas que l'annonce récente du gouvernement de légiférer enfin sur un salaire minimum de 15 $ l'heure, à quelques mois d'une élection, est tout simplement trop pour être une coïncidence ? Mais, malheureusement, dans la vie, quand quelque chose semble être trop beau pour être vrai, il y a de fortes chances que ce soit juste cela, trop beau pour être vrai.

Depuis son arrivée au pouvoir, Doug Ford a fait preuve d’orgueil et d'un manque de respect profond envers les syndicats et leurs dirigeants. Vous vous souvenez peut-être des commentaires de Ford lors des négociations avec les enseignants de l'Ontario au printemps 2019. Après la période des questions et le débat à l'Assemblée législative, Ford est sorti de la Chambre pour s'adresser à la presse, qualifiant les dirigeants des syndicats d'enseignants de « voyous » l'un des syndicats les plus puissants de tout le pays. Des voyous !? Vraiment? Depuis quand le recours aux insultes améliore les négociations professionnelles?

En novembre, les Ontariens se tournent vers nos braves anciens combattants qui ont tant sacrifié pour notre liberté. Nous leur devons une profonde reconnaissance. Pourtant, lorsqu'un vétéran blessé vivant en Ontario accepte une indemnité d'invalidité du Canada, la politique du gouvernement Ford déduit le montant de l'indemnité des prestations de base auxquelles l'ancien soldat a droit pour la nourriture et le loyer par l'intermédiaire d'Ontario au travail (OT) et de l'Ontario Programme de soutien aux personnes handicapées (POSPH). C'est un échec honteux que l'Ontario honore cette dette avec des paroles et des cérémonies tout en tournant le dos aux vétérans blessés qui luttent contre la pauvreté et méritent mieux.

Aucun vétéran ne devrait se coucher le soir affamé ou craindre de devenir sans-abri. Ces braves hommes et femmes étaient là pour nous quand nous en avions besoin. Le gouvernement Ford ne démontre plus le respect approprié pour ces anciens combattants. Au lieu de cela, Doug Ford a choisi de se tourner le dos.Depuis un certain temps déjà, le NPD demande au gouvernement de Doug Ford de cesser de récupérer les aides provinciales aux personnes handicapées des vétérans blessés qui se qualifient pour une indemnité d'invalidité fédérale. Il est temps pour Doug Ford de mettre fin à la politique de récupération des indemnités d'invalidité.

Considérez les conseils de l'auteur Christine Szymanski : « Quand quelqu'un vous montre ses vraies couleurs, faites confiance à votre instinct et ne devenez pas soudainement daltonien. »

Comme toujours, n'hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à [email protected] ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha, Député

Algoma-Manitoulin